Trafic de recherche: 5 sites se partagent 20% du gateau

Après l’économie, la physique des fluides ou la sociologie, la fameuse loi de distribution de Pareto, décidément aussi universelle que déprimante, a trouvé un nouveau domaine d’application: Internet.

On s’en serait un peu douté, mais c’est une étude de la société Experian portant sur le trafic de recherche web US pour le 4e trimestre 2012 qui précise cette intuition: l’immense majorité du trafic de recherche organique est phagocyté par quelques gros acteurs internationaux, les centaines de milliers de petites mains qui tentent de survivre au milieu de cette jungle se contentent, elles,  de ramasser les miettes.

Pour être précis, selon Experian, les cinq poids lourds que sont Facebook, YouTube, Yahoo, Wikipedia et Amazon capteraient à eux seuls près de 20% du trafic de recherche. Si on élargit les critères jusqu’au 500 plus gros sites du web, c’est la moitié du trafic qui les concernent directement… Si on considère les 10.000 premiers sites, leur part totale monte à 75%. Autant dire que les millions de petits acteurs du web, ceux qui apportent à la toile sa richesse, sont contraints à de plus en plus d’efforts et d’investissements (personnels et financiers) pour espérer profiter du solde.

On pourrait être tenté de croire, l’argent étant le nerf de la guerre, que la situation est un peu plus ouverte sur le plan du SEM. Si les challengers ont effectivement un peu plus de chances de percer, grâce à un contrôle forcément meilleur sur leur public cible, la situation n’est pas non plus très réjouissante: toujours selon Experian, les 10 sites les plus populaires récupèrent à eux seuls 16% du trafic payant.

 

Laisser un commentaire