Résultats de recherche : Google plus restrictif ?

Pour la plupart des internautes, le changement passera inaperçu, ou presque. C’est pourtant une petite révolution qui s’apprête à frapper le petit monde du référencement. Depuis la mi-août, Google semble expérimenter un nouveau modèle de page de résultats (SERP). Sur environ 20% des requêtes, celles-ci contiennent moins de 10 résultats, format auquel internautes et professionnels du référencement étaient habitués depuis la nuit des temps. En général (dans 17% des cas exactement), les pages « nouveau modèle » contiennent 7 résultats, tous des « liens bleus », sans compter les résultats liés à la « recherche universelle » de Google (issus des recherches d’images, de vidéos, d’actualités…), et naturellement les annonces Adwords.

Selon diverses sources, ce nouveau format de SERP, encore peu répandu en France, s’afficherait lorsque deux conditions sont réunies : la requête correspond au nom de domaine du premier résultat, et des « site-links » sont affichés.
Par ailleurs, le site note la tendance du moteur de recherche à fournir des SERPs dominées (voire littéralement squattées) par un seul nom de domaine. Bien que non directement liée au nombre de résultats par page, cette pratique s’inscrit évidemment dans une stratégie globale de Google, sur laquelle la société avait d’ailleurs déjà communiqué dès 2010.

Quel est l’intérêt de cette nouvelle présentation ? Pour l’internaute ? Pour les annonceurs ?  Pour la firme de Mountain View ?
Pour les premiers, nous sommes en droit de nous interroger sur l’utilité d’obtenir moins de résultats, donc moins de choix. Nous nuancerons néanmoins ces propos en demandant quelle proportion d’internautes voient, lisent et à fortiori cliquent sur les derniers liens de la page, de toute façon ?

Concernant les annonceurs, cette nouvelle tendance a de forte de chance de déplaire à la majorité d’entre eux… A l’exception des plus puissants (et donc des plus lucratifs pour Google), qui ont de meilleures chances de voir les pages de résultats « trustées » par leurs liens, reléguant ceux des concurrents dans les profondeurs abyssales qui s’ouvrent au delà de la page 2.

Quant aux professionnels du référencement, ils n’ont plus qu’à intégrer un «top 7» dans leurs objectifs de positionnement, et à redoubler d’efforts.

NB: Google a semble-t-il réagi aux nombreux commentaires et articles liés à ses nouvelles expérimentations, en publiant le communiqué suivant:

We’re continuing to work out the best ways to show multiple results from a single site when it’s clear users are interested in that site. Separately, we’re also experimenting with varying the number of results per page, as we do periodically. Overall our goal is to provide the most relevant results for a given query as quickly as possible, whether it’s a wide variety of sources or navigation deep into a particular source. There’s always room for improvement, so we’re going to keep working on getting the mix right.

 

(Nous continuons à travailler sur les meilleures façons d’afficher des résultats multiples provenant d’un seul site lorsqu’il est clair que les utilisateurs présentent un intérêt pour celui-ci. Par ailleurs, nous expérimentons aussi des variations dans le nombre de résultats par page comme nous le faisons régulièrement. Par dessus tout, notre objectif est de proposer les résultats les plus pertinents pour une recherche donnée le plus rapidement possible, qu’il s’agisse de multiples sources ou de parcourir en profondeur une source en particulier. Il y a toujours des possibilités d’améliorations, donc nous continuerons à travailler pour trouver la meilleure recette.)

Mise à jour du 12/09/2012: Google semble confirmer la tendance en proposant depuis peu des SERPs encore plus condensées avec pas plus de 4 résultats par page. (Encore quelques années, et il n’y en aura plus qu’un. On verra peut-être alors réapparaitre le bon vieux bouton « J’ai de la chance »…)

Sources et compléments d’informations:
www.abondance.com
searchengineland.com
www.seomoz.org

Laisser un commentaire